« Un Roi, trois ministres et... » – Décembre 2010.

Ce 15 décembre 2010, est publié  au Moniteur, l'arrêté royal du 09 décembre 2010 « accordant une indemnité pour l'utilisation de la bicyclette aux militaires ». Après avis de l'Inspecteur des Finances, en date du 12 juillet 2010, l'accord du secrétaire d'Etat au Budget du 17 août 2010, ensuite du protocole de négociation du Comité de négociation du 29 juin 2010, de l'accord du Ministre de la Fonction publique du 31 août 2010 et de l'avis 48.764/4 du Conseil d'Etat 27 octobre 2010, cet arrêté royal modifie celui du 20 avril 1999.

Il y avait urgence impérative et  nécessité absolue ; d'autant, comme disait Eddy MERCKX, que le vélo c'est de toutes saisons !

On y lira que le fauteuil roulant et « autre moyen de transport léger non motorisé » est assimilé au vélocipède (article 2 § 1). J'en déduis que le patin à glace, la planche à roulette et le ballon bondissant sont admis. J’ai un doute pour les chiens de traineau !

On y lira le calcul des distances (article 2 § 2 point 2 et § 3), les procédures de demande et de recours (article 2 § 3 et § 4), ainsi que l'usage « hors du territoire nationale » (article 4), on pense sans doute à l'Afghanistan et ses cols qui font paraître le Mont Ventu comme entrainement pour paraplégiques obèses.

Il est même prévu (article 6) la possibilité d'une exclusion temporaire ou définitive « du droit à l'indemnité de bicyclette » (sic). Et j'en passe … et des meilleures du même tonneau...

A lire ce texte, des images me viennent  et des noms se bousculent : l'orchestre du Titanic, les brioches de Marie-Antoinette, Byzance et ses discussions, Ubu, Kafka, les Chadoks... Un peu comme ces sénateurs romains qui délibéraient ardemment sur la question de savoir qui était le plus digne à recevoir Alaric en ce beau jour d'été du 24 Août 410...  Saint Augustin y avait vu l'expression d'une punition divine face à la décadence de Rome « Quis Jupiter vult perdere insane facit! ».

La Belgique en crise ? Notre économie bientôt sous la féroce tutelle du FMI et de l'Europe ? De nouvelles élections en mars ? L'OBFG au bord de l'explosion et le BAJ de la faillite ? Le Tribunal de la famille comme priorité ? Des juges trop peu nombreux ? L'arrêt Salduz ? Tout cela est billevesées, sinistrose paranoïde et cornichonneries sans fondement ! La preuve : l’Exécutif, attentif à vraies priorités, veille aux mollets du troufion et à l'écologie de ses moyens de transports !

Je vous quitte ; je vais prendre mes cachets bleu et vert : ceux qui rendent heureux. Et ajuster mon entonnoir.

Un Roi, trois ministres et...

 

Yves DEMANET
Avocat